Élévation de la créatininémie

De Semiopaedia
Aller à : navigation, rechercher

La créatininémie est un estimateur imparfait du débit de filtration glomérulaire (DFG), il lui est inversement proportionnel. Cette valeur augmente selon la masse musculaire d'un individu, les fourchettes de valeurs considérées normales de la créatininémie sont donc imparfaits pour estimer la fonction rénale.

On considère qu'hors situation d'âges extrêmes, de dénutrition ou de masse musculaire très importante, les normales sont :

  • chez la femme : 50 à 90 µmol/L ;
  • chez l'homme : 80 à 115 µmol/L.


Pour parfaire l'estimation du DFG par l'intermédiaire de la créatininémie, existent des formules adaptant celle-ci en prenant en compte d'autres paramètres. Parmi ces formules, on peut citer :

  • La formule de Cockroft-Gault, obsolète, qui estime une clairance de créatinine, elle-même estimation du DFG. Elle prend en compte l'âge, le poids et le sexe.
  • Les formules MDRD et CKD-EPI, qui estiment bien plus précisément le DFG, indexé sur la surface corporelle donnant un résultat en ml/min/1,73 m². Elles prennent en compte l'âge, l'ethnie et le sexe.
    • CKD-EPI : supérieure à la formule MDRD pour les valeurs basses de créatininémie, c'est la formule recommandée par l'HAS pour estimer le DFG lorsque la créatinine a été mesurée par méthode enzymatique.
    • MDRD : c'est la formule recommandée par l'HAS pour estimer le DFG lorsque la créatininémie a été mesurée par méthode coloriométrique.
  • La formule de Schwartz, spécifique à l'enfant, chez qui aucune des autres formules ne peut être utilisé.


Aucune formule d'estimation ne peut être utilisée dans les cas suivants :

  • dénutrition majeure ;
  • insuffisance rénale aigüe ;
  • cirrhose hépatique décompensée ;
  • gabarit hors norme ;
  • amyotrophie importante, individu amputé ;
  • grossesse.


Dans toutes les situations où l'on ne peut estimer de façon fiable le débit de filtration glomérulaire, on dispose de deux méthodes :

  • Clairance urinaire de la créatinine sur les urines des 24 heures : donne une valeur proche du DFG mais légèrement surestimée du fait de la sécrétion tubulaire de créatinine qui vient se rajoutée à la part filtrée. La précision toute relative du recueil sur 24 h des urines peut aussi mettre en défaut la précision de cette mesure. Elle reste surtout indiquée en cas de grossesse.
  • Clairance de substances exogènes (gold-standard) : permet d'obtenir la valeur précise du DFG, indiqué dans les autres cas où une formule d'estimation ne peut être utilisée (hors grossesse) ou avant néphrectomie pour don de rein. Les traceurs utilisables sont :
    • Inuline : traceur gold-standard mais pose l'inconvénient de nécessiter une perfusion continue ;
    • EDTA marqué au Chrome-51 : injection en bolus de traceur radioactif ;
    • Iothalamate marqué à l'iode-125 ;
    • Iohexol (produit de contraste iodé).

Interprétation du DFG au cours de l'insuffisance rénale chronique[modifier]

Le tableau suivant résume l'interprétation des valeurs du DFG au cours de l'insuffisance rénale chronique :

Valeur du DFG Stade de maladie rénale chronique (MRC) Définition,
≥ 90 ml/min/1,73m² 1 DFG normal, maladie rénale chronique de stade 1 si présence d'atteinte rénale
60 à 89 ml/min/1,73m² 2 DFG légèrement abaissé. en l'absence de marqueur d'atteinte rénale pendant plus de 3 mois : considéré comme non pathologique.
30 à 59 ml/min/1,73m² 3 Maladie rénale chronique modérée
15 à 29 ml/min/1,73m² 4 Maladie rénale chronique sévère
< 15 ml/min/1,73m² 5 Maladie rénale chronique terminale

Il faut rechercher une insuffisance rénale ou une maladie rénale en estimant le DFG en cas d'anomalies de l'appareil urinaire ou d'affection urologique, de diabète, d'HTA, d'obésité, de maladies cardiovasculaires athéromateuses, d'insuffisance cardiaque, de maladies du système immunitaire, de maladie auto-immune (penser lupus, vasculite, polyarthrite rhumatoïde), chez les patients ayant > 60 ans, en cas d'antécédents familiaux de maladie rénale, d'antécédents personnels de néphropathie aigüe, d'exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, arsenic), de traitement néphrotoxique antérieur (AINS, produits de contraste iodés, chimiothérapie, radipthérapie etc.).

Distinguer une insuffisance rénale aigüe et chronique[modifier]

3 familles de critères permettent de s'orienter vers l'insuffisance rénale chronique :

Critères anamnésiques
  • antécédent de maladie rénale
  • créanininémie augmentée depuis plusieurs mois ou années
  • absence de contexte clinique exposant à l'IRA (choc, réanimation, hypovolémie efficace, médicaments)
Critères morphologiques Diminution de la taille des reins : < 10 cm à l'échographie
Critères biologiques
  • Anémie normochrome normocytaire arégénérative (défaut de production d'EPO)
  • Hypocalcémie par carence en calcitriol (défaut d'hydroxylation rénale en alpha-1)